AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Naviguation
Annonce
Nous recherchons actuellement :

Un modérateur de la zone Rp'.
Un modérateur de la pub.

Si intéressé, contactez le staff par mp.



La première quête est en préparation.
Inscriptions fermées.

Partenariat


Partagez | 
 

 Mademoiselle Alice...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Cross

avatar

Sexe : Féminin Messages : 1
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 25
Localisation : ♥♪ Ici par la...

MessageSujet: Mademoiselle Alice...   Sam 20 Fév - 1:02

Alice : Celle qui avait pût prévoir...


Ce sont souvent ceux qui ont le plus à dire, que l'on fait taire...

    Ce sont ceux que l'on connait le moins que l'on apperçoit le plus.



    Nom:Cross...

    Prénom: Alice...

    Age: 16ans...

    Rang:
    Code:
    <b>†</b> <b>A</b><b>lice</b> <i>S</i>ti<b>ll</b> <i>Do</i>ll<b>♥️</>
    <b>†</b> <b>A</b><b>lice</b> <i>S</i>ti<b>ll</b> <i>Do</i>ll<b>♥️</>


    Race:Humaine.

    Sexe:Une petite fille..

    Date et Lieu de Naissance: 13 Mars 1993 à Osaka.

    Groupe: Ténèbres...

    Origine:Inventé...


    Ce sont souvent ceux qui parle le moins qui disent le plus de choses.



    Physique:Le monde est rempli de belles choses, toutes possédant une beauté quelque peu similaires aux autres, certaines parviennent à trouver ce qui font d'elles des "choses" uniques , des modèles ou des peintures que l'on n'oserait toucher ou effleurer. La beauté est vue de manière subjective, selon les individus elle varie. La beauté est une chose qualitative, elle impose les points de vues et les sourires, les déceptions comme les critiques. La Beauté c'est une toile positionner contre un mur que l'on pourrait fixer pendant des heures entières à chercher peut-être le défaut, qui sait.Elle fût sujet à de nombreux tableaux, nombreuses toiles et rien pourtant ne l'empêcha d'être belle, de ressembler à cette poupée de collection dont toutes les petites filles rêveraient de possèder. Etrangement , il arrivait que certaines personnes s'arrêtent devant son tableau portant pour titre " Mademoiselle Alice" qui la regarde et qui se retrouve subjuguée par tant de beauté, captivant regard, teint si pâle semblant être iréel pourtant cette petite fille déja tant regarder à l'époque ne souriait jamais sur ses oeuvres, jamais elle n'abordait un sourire même léger, préférant garder une expression beaucoup plus neutre, comme une grande comtesse ou duchesse de haut rang. Ce qui captivait l'attention de ses futurs proies étaient ses longs et magnifiques cheveux ondulés,bouclés grisés ou blond, peut-être un mélange des deux. Ses boucles étaient faîtes si parfaitement que personne ne daigna vouloir toucher sa chevelure,personne hormis cette jeune femme aux doigts de fée qui prenait soin de notre petite poupée. Sans cesse décorant sa chevelure, il y avait un noeud, peu importe la couleur, le sien et son préféré persistait à rester de couleur noir ressortant avec le reste de ses cheveux. Son joli visage pâle voir même blanc-neige aborde deux magnifiques prunelles rosées très clair, rien que ça, parvient à attirer le regard des autres sur elle, tout autour de ses prunelles, notre belle petite Alice possède de longs et sombres cils presque aussi parfait que la comtesse qui ne cesse de lui casser les pieds. Ses traits sont finement et parfaitement dessinés et ses lèvres non pas pulpeuses ne peuvent que faire envier de nombreuses personnes. Nous avons parler des cheveux mais pas de sa jolie frange coupée de manière très droite, sans que un seul cheveux ne dépasse, quelque chose de parfait, encore et encore. Semblerait-il qu'elle le soit... Une petite fille, un charmant bambin parfait en tout bout de point. Tout comme sa tenue, une robe magnifique signe aristocrate dessine les différentes courbes de son corps, qu'elle se retrouve à l'avant ou à l'arrière, cette robe style années 60 lui colle au corps comme une digne princesse qu'elle fût. Alice, porte une robe bleutée et blanche bouffante au niveau des manchettes. Notre jeune aristocrate porte beaucoup de dentelles surtout à la fin de ses manches et sur ces gants de soie noir. Sur sa robe se dessine plusieurs lignes blanches ainsi que huit boutons symétriques les uns face aux autres après tout , tout doit être parfait, sa tenue, son style, sa peau... tout...Son style vestimentaire descend de plusieurs décennies, il est ancien, il ne serait donc pas étonnant que notre belle Alice porte des sous vêtements ou bas à l'ancienne. Sous ce voile bleu se cache d'ailleurs un autre jupon blanc qui ravive et combine les deux couleurs entre elles. Lorsqu'il s'agit de parler de peau ou protection, Alice est la première à observer les moindres détails même ceux qui manquent et ici nous avons oublier de parler de ces bas blancs qui vient habiller ses petites jambes fines, les couvrant contre diverses agressions et pour plus de protection, ses longues bottes crème vint réhabiller le bas, couvrant non seulement ses chevilles mais légérement sa jambe. Des bottines à lacet et dentelle bien noués... Le style et Aristocrate que aborde la jeune fille montre tout de suite son caractère trempée, tout chez elle doit être parfait elle n'a pas le droit à l'erreur sous peine de se faire gronder ou autre, la jeune fille réduite au silence se doit d'être ainsi et personne n'a le droit de lui dicter sa tenue, même pas elle. Puis de toute façon c'est une petite addicte à tout se qui touche la dentelle, les vêtements, les rubans sur les cheveux et tout en elle correspond parfaitement. Alice se doit également d'avoir un attitude gracieuse, posée voir même de princesse. Rien ne doit être anormale...

    Oui, ce physique étant décrit, laissez moi à présent vous raconter une petite histoire, juste entre nous, c'est un secret,silence. Il était une fois une famille, les Cross. Cette famille appartenant à la haute bourgeoisie Japonaise, l'Aristocratie. La lignée disparue tout fût légué successeurs, château, coutumes, langue et tout ce qui s'ensuit. Mais les Cross trop attaché à leurs traditions refusèrent l'accès à la modernité, préférant se cloitrer dans leurs vieux palais digne de la bourgeoisie régnante. Dans cette génération une petite fille naquit, Alice Cross, la seule enfant, seule héritière de l'aristocratie "Cross". Elle n'échappa pas aux coutumes et sa tenue devait être celle que toutes petites filles portaient à l'époque, vous imaginez cette enfant naissant dans un monde moderne vêtue ainsi? Pourtant chez eux, il fût normal de l'observer ainsi et très vite de nombreuses règles furent mises en place.Déja cette dame au large chignon portant des parures dignes de grands rois lui rodait autour, la petite assise sur une chaise fût privé de tout échappatoire, son monde était celui ci, celui de sa dynastie. Plusieurs règles donc, le regard dans le vide elle ne pût que s'y soumettre. « Interdiction de sourire, interdiction de sourire, Interdiction d'ouvrir les rideaux du château, interdiction d'être aimable ou amicale, se fiait au ordres des ordres..» et compagnie. Elle fûrent nombreuses les règles, que Alice ,jamais ne refusa d'obéir. Puis, bien entendu une règle n'arrivait jamais seule, derrière tout ça il y avait les sentences ou méfaits face au réglement et ça, elle en fût victime plusieurs fois.... Voyez vous, chez les Cross, la tenue était quelque chose que tout le monde remarquait et il était complétement inadmissible d'apparaître devant des invités, mal coiffé ou encore mal habillé, Alice devait être toujours impeccable. Alors souvent il y avait deux voir trois dames d'honneur autour d'elle, à lui nouer les cheveux, l'habiller , la pomponner, la parfumer, la totale tout simplement... Et si elle se présentait avec un seul détail qui n'allait pas avec le reste, ce n'était non pas deux ou trois, mais plusieurs giffles qui valsaient et ce même en précense de grands invités qui bien évidemment était d'accord avec les parents. Inadmissible tout simplement, Alice a appris à se tenir... Depuis le temps maintenant. Non pas que ça, elle a appris à subir les évènements à devenir une femme forte et responsable, a user de sa force physique pour parvenir à ses objectifs, à se battre, à utiliser la force qui est en elle. Autant poupée de porcelaine parait-elle, autant il faut se méfier du loup qui dort, d'apparence ravissante et enchanteresse, de pensées dangereuse et manipulatrice, Alice parvient à charmer n'importe qui , n'importe quand et ça en un simple regard...



    Caractère: Inspirée et Inspirante de peintres, Alice est une véritable admiratrice d'arts. Etrangement de toute sa famille elle est la seule à perçevoir quelque chose en plusieurs tableaux ou dans certaines musiques, cherchant à chaques fois de vulgaires ou moindres détails qui feront de sa vision quelque chose de fantastique, de féérique. Ses journées se résume à chanter, jouer du piano et peindre, prenant quelques cours à domicile, élève modèle et saine d'esprit, Alice et la jeune fille la plus sage que son professeur eu à éduquer en l'espace de plusieurs années. Mystèrieuse et perturbante, de simple regard, prunelles rosées rare pour une adolescente de son âge, Alice perçoit tout en n'importe quel art. Silencieuse également elle ne parle que très peu de son passé, de toute manière tout le monde le connaît et les seuls personnes qui seraient digne de l'écouter sont ses hommes et femmes de maison, ceux qui sont la soit pour le nettoyage, ou peut-être le cuisinier et les serveuses, sa gardienne qui la chouchoutte peut-être, considérée comme une meilleure amie. Elle ne connait pas vraiment le sens du mot "amitié", jamais elle ne rencontra d'autres personnes de son âge, habituée à la vie d'adulte, au renfermement et à l'obscurité des choses et pourtant jamais elle ne s'est plainte, jamais elle ne daigna pleurer lorsque son père beaucoup trop puissant pour elle, la giffla d'une mauvaise conduite. Elle encaisse tout simplement, elle encaisse trop qui sait, mais peut importe, elle jour elle parviendra à se venger de tout ça. Notre jeune aristocrate se passione ainsi pour la musique, aimant chanter en jouant du piano, son compositeur favori persiste à rester "Frederic Chopin" en quelques sortes une idole pour elle. Sans cesse en train de fredonner ou chantonner, Alice aime tout particulièrement l'une de ses dernières musiques créer par ses soins, parlant d'une jolie petite fille, une petite poupée , "Still Doll". Still Doll correspond le mieux à sa vie , la vie qu'elle mène depuis trop longtemps. La frontière entre son monde , réel, et celui de ses rêves, l'imaginaire. Alors si toutes ses peintures la passionent, c'est pour mieux rêver qu'elle les observent. Still Doll , reste une petite poupée juste de cire ou d'acier que jamais personne ne pourra briser... Alice ne sourit jamais, de toute façon sa coutume lui interdit totalement, ni dans les peintures que plusieurs peintres s'abonnent à faire d'elle, ni dans sa chambre lorsqu'elle rêve d'un petit paradis...jamais, et ce depuis sa tendre enfance. Elle reste muette, comme une poupée, elle ne montre jamais aucuns sentiments, elle ressemblerait même à un simili vue de cette manière.

    Elle rêve, elle ne parle pas, ne sourit pas, reste neutre et ne défend que ce qu'elle démontre "Vivant", une personne autant perturbante qu'elle,quelqu'un qu'elle sentirait comme "supérieur". Quelque chose d'étrange. Alice, c'est un peu Alice aux pays des Merveilles, en "Alice aux pays des Horreurs". Chez elle, c'est le cas... Tout semble être un conte de fées, les nombreuses bougies, les escaliers d'or et d'argent, les parrures et les robes, seulement n'oublions pas un détail essentiel, "ses parents". Elle n'a pas eu la chance d'être orpheline malheureusement, trop souvent les enfants ou gosses de riches voyageant entre les mondes se retrouvent pour la plupart ou 99,9% d'entre eux, orphelins, tous, sauf elle. Si l'on trouve Alice méchante, stricte, froide ou sévère ce n'est en réalité que de la faute de ceux qui l'ont éduquer ainsi. Aucune tendresse, pas même un calin ou un baiser sur la joue de peur de l'abimer, jamais ses parents ne daignent l'observer ou lui sourire, bien au contraire. Ils ont un air stricte au visage, la dévisage observant les moindres de ses gestes, voulant absolument faire d'elle la petite élève "Modèle" dont ils ont toujours rêver d'avoir.Bien entendu ils aiment entourer leur petite fille d'hommes et de femmes qui puissent jouer le rôle de parents pour elle, ainsi en l'espace d'une seule journée, se retrouve à son domicile " Femme de chambre, Cuisinier et serveuses, maquilleuse, Gardienne et professeur". Son professeur "Mademoiselle Kazama" est l'une des meilleurs du pays, elle possède de nombreux diplômes, qualifiée de surdouée enseignant à notre belle aristocrate tout ce dont elle a besoin pour défendre son pays et son honneur, elle aussi n'est pas douce il faut dire, détestant les tires aux flancs, Mademoiselle Kazama est l'une de ses femmes qui vous dévisage ou qui est prête à vous taper sur les doigts à l'aide de sa règle en fer, à peine si vous n'oserez répondre à une seule de ses questions. Face à elle, Alice silencieuse écrivant sur de gros cahiers les moindres de ces conseils. Petite poupée à bien appris la leçon aujourd'hui, elle aura le droit à un repas digne d'une petite princesse. N'imaginez pas que la petite poupée de porcelaine n'est pas accompagnée, aux moindres de ces déplacements c'est 3 hommes qui l'entourent tous aussi silencieux qu'elle.

    Alors, si vous n'arrivez toujours pas à la cerner, voici une petit résumé. Une jeune fille assez silencieuse, obéissante ou soumise comme une brâve poupée de porcelaine. Contenant en elle une rage et une haine envers ses géniteurs et peut-être même sur toutes les personnes qui l'entoure, Alice n'est que peu amicale et sociable. Froide, distante , peu bavarde, une panoplie de choses qui en font d'elle quelqu'un de mystèrieux, de renfermé que l'on aurait envie de connaître d'avantage mais que par un simple regard nous force à faire demi tour. Autant son apparence physique nous donne envie d'aller à sa rencontre, autant sa personnalitée effrayante nous met en garde de ne pas aller à sa dangereuse rencontre. Elle est comme ça, notre petite Alice et personne ne peut la blâmer, personne hormis peut-être son maître. Elle est aussi malgrès tout, une grande rêveuse se passionant d'arts comme la musique ou la peinture. Son compositeur préféré est Frederic Chopin, elle aime s'inspirer de ses musiques pour créer la sienne. Notre petite aristocrate aime jouer du piano à ses heures perdues, chantant également plusieurs airs. Alice se passione également pour les jolies boites à musique qui l'aide à trouver le repos tant attendu... A quand son futur voyage ?


    Distinction Particulière: Hum, peut-être cette apparence de petite poupée de porcelaine...


    Ce sont souvent les plus rêveurs qui voyagent le plus.



    Histoire:

    Sans cesse et toujours la même mélodie qui traverse son esprit. Once Upon a time, il était une fois, une histoire d'une petite princesse, d'une jolie fille qui naquit dans un monde complétement fou. A cette époque elle ne pesait pas plus de 4 kilos, n'étant pas plus grande qu'une petite crevette et possèdant la peau la plus pâle que Osaka n'eut jamais vû de toute sa vie. Elle était pourtant mignonne avec ces grands yeux roses qui fixaient un rien bouger,elle semblait fragile mais se contenter d'être en pleine forme. Ce jour, elle naquit une nuit sombre lorsque la foudre avait frapper sur une demeure bien trop grande pour accueillir un tout petit poupon. Au côté d'une dame essouflée par la douleur, il y avait plusieurs infirmières pourtant,des draps en sang et un mari bien trop occupé à fixer la fenêtre extérieur pour assiter à la naissance de son enfant. La petite pouponne naquit à son domicile même, de toute façon pour sa famille qui avait tendance à être enfermé autant pire que des vampire cela ne changeait rien d'aller ou non dans un hôpital, peut-être juste le fait que la mère ne serait pas seule et que plusieurs personnes auront l'occasion de voir cet enfant qui vu le jour. Plusieurs heures s'étaient déroulées ainsi, entre cris et larmes , foudre et calme absolu.La mère épuisée expirant son dernier souffle sous un poussement un peu trop fort expulsa une petite fille qui pleura pour la première et dernière fois. Le rouge sang qui s'était déposé sur son visage masquant la pâleur de son visage. Sous les visages inexpressifs des infirmières l'enfant se tût préférant se blottir contre sa mère. Un jour marqué par le sang et les larmes ou aucuns sourires n'apparût sur aucunes lèvres, pas même sur celle de la nouvelle maman, même pas sur celle de l'enfant qui avait enfin quitter cette sphère maternelle.Alice qu'on l'appela, elle avait le regard captivant et l'apparence d'un être sorti tout droit d'un conte de fées, elle était la nouvelle petite aristocrate qui jamais ne verra l'extérieur. Cette demeure aussi grande qu'un château devint son toit, son lieu d'apprentissage et voir même le lieu de ses futures activités. Jamais elle ne fût apte à voir l'extérieur, jamais les rideaux ne fûrent tirer, un enfant qui broie du noir dès son enfance ne peut être combler pleinement, ou peut-être que voir autant d'obscurité finira aussi tôt ou tard par obscurcir ses idées, ou encore son coeur. Cette demeure appartenait à la famille Cross, une famille riche et réputé pour avoir succèder à une longue Dynastie. Ils étaient les maîtres de Osaka, ceux qui depuis des décennies, des siècles entiers avaient règner sur ce pays et malgrès les années qui s'étaient écoulées, jamais cette de succession fût perdue. Seulement, on ne parlait plus de rois ou de reines à cette époque mais d'Aristocratie, quelque chose de beaucoup plus différents. Malgrès leurs domination entière sur Osaka, jamais la famille "Cross" ne fût montrer, elle demeurait silencieuse dans leurs demeure à l'abris des regards indiscret et ce fût dans ce genre même de contexte que naquit Alice, peut-être même la dernière aristocrate de la lignée des Cross. Oui , car trop faible de corpulence, la mère d'Alice ne fût plus apte à porter un enfant après son accouchement et Alice fût donc sa seule et unique fille, seule héritière et dernière également. Ce fût peut-être à cause de cela qu'elle fût tant détester...

    De jour en jour, Alice grandissait,devenant un peu plus mature, formant ses propres idées et ses propres intêret. Elle grandissa dans un environnement sombre et sournois, sans sourire et sans sentiments, un monde de simili ou un monde qui était le sien.Jamais elle ne reçue de tendresse ou une quelqu'on que marque d'affection de la part de ses gêniteurs, la seule chose qui aurait pût la consoler de cette solitude était cette petite boite à musique qu'il lui avait été offerte de générations en générations. Alice qu'elle fût à 5 ou 8 ans persistait à rester la même, aucune parole ne daigna se prononcer sur ses délicates lèvres, aucun sourire ne les étira rien que ça, se transformant en une poupée vide de sentiments, elle se contentait d'obéir et d'agir selon les circonstances, consciente des enjeux si elle oserait se rebeller. La vie dans ce "Château" n'était pas ce qu'un enfant aurait aimer, un enfant ça rêve de lumière et de bonne humeur , d'arc-en-ciel qui sait mais de quelque chose de beaucoup plus gai.. sauf que chez elle, dans son monde, la vie de "château" était sombre, se divisant entre giffles et silence, repas famillial calme, horreur quand tu nous tiens. Même les serviteurs des "Cross" n'osaient prononcer une simple syllabe. Le seul moment ou elle pouvait prendre la parole était lors de ses cours, eux aussi à domicile, leçon de piano, d'histoire et tout ce dont une petite fille a besoin. L'aristocrate, jamais ne s'était plaint, bien au contraire, il fût mieux ainsi, de vivre une vie plus stricte qu'être trop gâtée pour se retrouver au seuil de l'incapacité et de la débilité humaine lors de l'âge adulte. Elle était calme, douce , raffinée et se contentait de vivre jour après jour la vie qu'on lui offrait consciente de son crime, elle aurait imaginer avoir ouvert le ventre de sa mère à coup de couteau juste pour tuer les êtres qui y fût à l'intérieur, ce ne fûrent que des songes ou des cauchemars conté par une dame , peureuse encore de l'enfant qu'elle avait mis au monde. Tout portait à croire que ce fût de la faute d'Alice que sa mère ne pût enfanter de nouveau, mais elle, simple enfant réduite au silence n'osait se défendre. De jour en jour, elle se perfectionner, de jour en jour elle grandissait. Sans amis, sans même une personne auprès d'elle, déja autonome à son jeune âge, autonome et responsable, elle n'eut pas d'autres choix de toutes façon qu'elle l'aurait voulu ou non.

    Elle se souvint d'un jour, mémorable ou toutes la famille fût réunie autour de la table, prête à déguster un alléchant repas de famille. Rien ne manquer, les boissons, les innombrables couverts, la porcelaine et le repas. Tout le monde déguster avec calme et grâce son repas, elle également, fermant les yeux à certains moments pour déguster paisiblement et savourer de plus belle ce délice. La belle jeune fille savourer chaques bouchées, de toute manière, la nourriture servait bien à cela, à raviver les papilles gustatives, et les siennes découvrirent le véritable plaisir ce soir la. Un repas, elle l'avait aimer ce repas, tout les mômes de son âge ont un repas favori, un repas qu'ils aimeraient manger plusieurs fois par semaines et si le sien fût celui de cette soirée, alors elle ne semblait pas si différentes des autres enfants après tout. Alice semblant dessiner un sourire sur ses lèvres fût monstrueusement dévisagés par tout le reste de la jolie petite communauté qui tourner autour de la table, rapidement elle se ressaisit, non, ce repas serait comme les autres après tout, encore une chose qu'elle dégustera une fois tout les ans. Oui , les Cross avait une facheuse tendance à déguster plusieurs repas chaque jours, de différents et goûteux, il connaissait toute la gastronomie aux alentours et malgrès leurs renfermements ils étaient tout à fait à la page lorsqu'il s'agissait de savoir quel plat cuisiner le soir même. Comme à chaque fin de repas donc, notre belle aristocrate s'éclipsa après s'être incliner auprès de ses parents. Accompagnée de deux dames elle arpenta doucement chaques marches des escaliers pour arriver à l'étage supérieur, sa première direction fût la salle de bain. Elle n'eut même pas le temps de dire aux servantes que son but était de se doucher que celle ci, aux petits soins lui coulèrent directement son bain, un bain chaud, onctueux empli de mousses et de senteurs ennivrantes. L'autre dame commença alors à désabiller l'enfant, bien entendu Alice se laissa totalement faire, elle n'avait pas le choix, un peu comme d'habitude à vrai dire. Une fois cela fait, la gamine s'installa tranquillement dans son bain, s'allongeant de tout son long elle demanda d'une voix calme et mieleuse à ses deux gardiennes de bien vouloir sortir, juste le temps de se doucher. S'inclinant devant sa gracieuse majestée celles ci s'éxécutèrent sortant toutes deux. Alice ferma les yeux quelques instants levant la tête vers le plafond, la jeune fille se reposa... Ce fût la toute première fois ou elle avait le droit de se reposer sans que ces parents ne la foudroie du regard, alors autant en profiter.

    Ironie du sort, Alice s'endormit et sans même s'en rendre compte sa tête hors de l'eau commença doucement à basculer dans la baignoire venant se noyer dans l'eau du bain. Un long moment de calme vint s'installer dans la place, les pensées de la jeune aristocrates fûrent sombres, complétement, rien ne rôdait aux alentours, et la salle de bain aussi lumineuse était-elle devint un endroit obscur voit complétement noir. Plusieurs rires vinrent s'installe dans cette place obscure, des rires , des appelations, on l'appelait, elle: « Alice ! Alice !» des jeunes filles riaient, s'amusaient avec elle, mais elle, en plein centre de cette place n'eut que pour lumière ses prunelles rosées. La jeune fille immobile en plein centre vît sa salle de bain s'effriter doucement comme dans un mauvais cauchemard, la peinture s'écaillait, les murs s'écroulaient et le miroir juste en face d'elle se brisa en milles morceaux, brisant son image. Elle fixa alors le sol qui lui aussi se brisa s'effondra, la fesant chuter à plusieurs mètres en dessous d'elle, la jeune fille maintena sa robe contre son corps , écarquillant les yeux de surprise face à ce qui lui arrivait.


    La chute fût rapide, fesant voler au vent les jolies cheveux de la demoiselle, si père et mère voyaient cela... Elle fût certes rapide mais l'atterissage se passa tout en douceur, notre belle aristocrate vint finalement poser pieds sur un gigantesque et unique Vitrail. Scrutant les alentours, elle fût surprise de voir qu'il n'y avait ni entrée ni sortie, qu'elle fût bloquée ici et ce à tout jamais, tout semblait tournait autour d'elle tandis que la jeune fille se mit à avançer au centre de ce vitrail. Elle ferma les yeux quelques instants tandis qu'une large lumière vint lui frapper le visage, elle grimaça se protégeant à l'aide de son bras, elle détestait la lumière, car elle lui agressait la peau tout simplement. Le calme qui régnait sur ce vitrail était accablant, du calme et encore du calme elle en avait plus qu'assez de ce calme qui devenait même ironiquement assourdissant.Alice finit par retirer son bras, observant les alentours, une voix se mit alors à proclamer une étrange prophétie.

    « Toi seule connaît le chemin... La lumière comme les ténèbres rien n'est bon ni mauvais, toi même enfant du monde peut faire la distinction entre les deux.
    La lumière ne peut vivre sans les ténèbres comme ta haine qui ronge ton coeur ne peut être vaincu seul.. Auprès de lui,auprès de ton maître tu apprendra les vraies valeurs de la vie...
    Mais attention, ton coeur aussi ténèbreux peut-il être ne dois jamais devenir plus car il maintient ton équilibre,autant ton âme et pure et lumineuse autant ton coeur et rempli de ténèbres
    brâve équilibre pour une élue...»

    Alice écarquilla les yeux, dans sa main, au creu de celle ci, posé sur sa main ganté une arme fit son apparition. Cette chose qu'elle avait en sa possession ressemblait à une clé et devant elle se trouvait une porte. La clé ouvre la porte, la porte qui la ménera au monde réel. Une élue, les ténèbres, un équilibre, ce fût à ne plus comprendre du tout. Elle baissa la tête et soupira, jusqu'a observer de plus belle ce vitrail. Dessus , il y avait un homme, plus âgé qu'elle ,ravissant. Il avait des cheveux un peu en bataille de couleur marron, il était brun. Il abordait une tenue vestimentaire qui lui était inconnu mais son visage la frappait réellement. Dans sa main, à lui, il y avait cette même chose qui apparût dans la sienne. Ainsi, au plus elle regardait cette chose au plus le mot "Keyblade" venait s'entrechoquer contre ses autres pensées. La Keyblade, la libération des mondes et le bonheur de plusieurs personnes, l'espoir de tout être vivant. Cette voix que pouvait-elle être et ce vitrail cette chose, sa haine, tout en elle la perturbait, elle écarquilla les yeux fixant de plus belle ce qui se tenait au creu de sa main, saurait-elle manier cette chose aussi intelligente soit-elle. Pas le temps de se poser des questions, car déja aux alentours plusieurs bestioles noirs aux yeux globuleux jaunes firent leurs apparitions. Doucement, elle tourna sa tête en leurs directions, tandis que les petites pattes crochues de ces vermines étaient déja brandis vers elle, démontrant leurs envies de meurtre, leurs envies de sang, leurs envies de tuer. Alice ferma les yeux quelques instants, se tenant immobile au centre de ce vitrail elle posa son bras le long de son corps,« Ce sont des sans-coeurs ! Ne te laisses pas attraper !» De nouveau cette voix, qui la mettait en garde cette fois ci. Alice soupira, tandis que ces brâves bêtes s'élançait vers elle, elle fit un simple mouvement du bras pour défaire l'un des sans coeurs qui avait tentait de l'attaquer. Très bien, cette chose au creu de sa main allait donc pouvoir lui servir à ce battre, à détruire ceux qui se metteraient en travers de son chemin. Rapidement, la jeune fille fit un salto avant , gracieusement elle réduisa au néant, ces choses puantes et globuleuses qui auraient tenté de lui nuire. Et en l'espace de quelques secondes s'était de nouveau retrouvée seule au centre de ce vitrail.

    « Cette chose, c'était un sans coeur... Un être des ténèbres qui se mettera en travers de ton chemin, tu aura le temps de t'y faire. Mais pour ne pas que tu te retrouve englouttie dans les ténèbres les plus profondes, je te conseil de le retrouver, et rapidement... Il sera ta lumière, l'équilibre dont tu as besoin. Lui, le garçon...»


    De nouveau le calme s'installa dans la place et le vitrail aussi magnifique pouvait-il être se brisa lui aussi en milles morceaux , brisant des souvenirs de l'enfant. Elle se voyait alors noyée dans un océan, non, les yeux clos , Alice se voyait dans sa baignoire tout simplement endormie, alors et finalement cette lumière qui parvint jusqu'a elle la ramena à la réalité. Elle s'éveilla de nouveau.. L'une de ces gardiennes paniquée l'avait sortie de l'eau, la jeune fille repris difficilement sa respiration, étouffée, elle se mit à cracher de l'eau. En un fragment de secondes, la belle aristocrate était en dehors de la baignoire, un peignoir blanc de soie enfilé autour d'elle. Sa gardienne ne cessait de lui demander si tout allait bien mais finit par se taire lorsque la mère de celle ci arriva dans la salle de bain. Les deux gardiennes fûrent réduites au silence et s'éclipsa en s'inclinant doucement. Alice resta immobile, ses yeux rosées observant les prunelles assassines de sa mère. Celle ci se baissa pour arriver à la hauteur de son enfant et toucha une des méches dégoulinantes de sa petite fille, puis d'un seul coup la giffla fortement, assez fort pour que tout le château puisse entendre, elle ne prit pas même le temps de lui hurler dessus, Alice avait été une vilaine fille et elle comptait bien la punir. Alors doucement, elle saisissa la main de sa petite fille dont la couleur blanche de visage vira au rouge marquée. La gamine n'eut d'autre recours que de suivre sa mère qui la conduisit jusqu'a sa chambre, elle la déposa sur le lit puis calmement sortie en fermant la lumère, plongeant son enfant dans le noir même si plusieurs objets de la chambre étaient dans son champ de vision. Alice s'allongea alors dans son lit de côté comme à son habitude, elle n'en revint toujours pas de ce qui venait de lui arriver, cette vision, tout ça, ce rêve pourtant si réel qu'elle avait vécue, un rêve qui avait pût lui coûter la vie. Les yeux grands ouverts, elle jeta un regard vers sa table de chevet ou une petite boite à musique était posée dessus. D'une main délicate elle la saisissa , l'ouvrit et fit tourner une petite manivelle sur le côté afin de laisser plusieurs notes de musiques lui parvenirent jusqu'aux oreilles. Finalement, ce fût par cette mélodie qu'elle s'endormit paisiblement...

    Les jours suivants paraissèrent beaucoup moins ordinaires que les précédents, le doute qui avait installer la mémoire de notre aristocrate était bel et bien la, et jamais elle ne pourrait se le retirer du crâne. Ses heures de cours devinrent des heures de pensées intérieur, sur ses tableaux peints apparaissait cette fameuse keyblade ainsi que cet homme qu'elle avait apperçu sur le vitrail. La haine qui abrittait son coeur se renforçer de jour en jour au point qu'elle finit même par s'inquiéter de ce qui pourrait lui arriver si sa haine finirait par prendre le contrôle. Et si cette voix qu'elle avait perçue lors de ce rêve disait vrai, et si elle avait besoin de ce Maître qui la perturbait réellement pour pouvoir retrouver son équilibre et ne pas finir en folle complétement coupé du monde, détruite par le destin... Non, elle ne laisserait pas sa famille prendre le dessus, il y en avait plus qu'assez d'obéir aux règles et aux coutumes, cette fois ci, sa décision fût prise, l'aristocrate se retirerait de l'aristocratie...

    Le lendemain, le jour même de ses 16 années,habillée en petite princesse, Alice descendit les marches, elle n'avait aucun bagages et n'avait pas besoin de cela pour fuir. Sa mère les yeux écarquillaient se demanda même ou était passé ses trois gardiens qui veillaient tant sur elle. Oui, car jamais elle ne descendait les marches des escaliers sans que plusieurs Monsieurs l'accompagnaient, une peur de la voir soudainement chûter qui sait. Sauf que la, elle était bel et bien seul, le visage blanc comme la neige immaculés de sang. Alice avança doucement, passant devant sa chère mère, laissant pour vue au hauteur des escaliers, ses trois mousquetaires adorés au sol gisant presque mort. Elle soupira et s'arrêta juste un peu après sa génitrice qui malgrès son apparence impressionante n'était pas plus grande que sa fille.


    « Ne t'ai-je pas ordonner de rester...»

    Pas le temps de laisser ce monstre prononcer une phrase de plus qu'une giffle beaucoup plus forte de fît sur la joue de cette "Pauvre?" dame, comment avait-elle pût, oser faire cela à la dame qui vous avez mis au monde. Mais cette femme n'en avait pas le coeur, aucune tendresse pas même un sourire, elle en avait marre et le nombres de gifles qu'elle reçues elle même méritait bien celle ci. Alice resta immobile tandis que plusieurs servantes aux alentours aidait cette pauvre dame à se relever cette mère qui eu le temps d'effleurer l'épaule de sa fille avant de la voir pour la toute première fois ouvrir les portes de ce grand et gigantesque manoir...La fuite, l'aventure peu importe, porteuse de cette arme, nouvelle destinée s'offrant à elle, elle se devait de le retrouver, celui qui maintienderait son propre équilibre, peu importe sa famille qu'ils brulent tous en enfer...

    Pouvoirs et arme: ♦️ Maîtresse des ténèbres. Parvient à guérir les blessures grâce à elles.
    Manie également l'élément glace avec beaucoup de dextérité.
    Alice utilise une Keyblade semblable à Tendre Promesse.


    Code du réglement:
    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fang
Crocs de l'Aube
avatar

Sexe : Féminin Messages : 21
Date d'inscription : 29/07/2009

MessageSujet: Re: Mademoiselle Alice...   Sam 20 Fév - 13:55

welcome miss Alice...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riku
Maitre de l'Aube
avatar

Sexe : Masculin Messages : 66
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 25
Localisation : Ile du Destin

MessageSujet: Re: Mademoiselle Alice...   Dim 21 Fév - 15:21

bienvenue, très bonne présentaiton tu es validé

_________________
La Porte de la Lumière se trouve en chacun de nous .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krïstall
Le Répartiteur
avatar

Sexe : Masculin Messages : 25
Date d'inscription : 28/07/2009
Localisation : oh laaaaaaa! Pas trop loin non plus!

MessageSujet: Re: Mademoiselle Alice...   Dim 21 Fév - 15:39

salut petite, bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Retus
L'Illusion Damnée
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Mademoiselle Alice...   Lun 22 Fév - 0:07

Incroyable, ta fiche à beaucoup de gueule, belle et agréable à lire, félicitation et bon rp parmis nous !

_________________


Ton illusion te menera à ta perte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mademoiselle Alice...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mademoiselle Alice...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts After Next Gen :: •·.·´¯`·.·• RPG •·.·´¯`·.·• :: Présentations de votre Personnage-
Sauter vers: